Eddy

Le profil

« Petit frère » spor­tif de Wilfried, Eddy est un nou­veau maga­zine de récits, de por­traits et de grands entre­tiens consa­cré au sport belge, fémi­nin et mas­cu­lin. Son pre­mier numé­ro est sor­ti de presse le 4 sep­tembre 2020.

Eddy se veut fun et colo­ré, mais d’abord pré­cis, culti­vé et lit­té­raire. Ses his­toires ont voca­tion à enflam­mer les lec­teurs et lec­trices autant qu’un Belgique-Brésil en direct télé ou qu’une attaque de Philippe Gilbert dans la Roche aux Faucons. Avec gaie­té et légè­re­té, Eddy exploite la puis­sance roma­nesque du sport et pro­pose, au fil de ses récits, un regard ori­gi­nal sur la Belgique, terre d’exploits et de dés­illu­sions. Eddy est un maga­zine spor­tif, mais il peut tou­cher par rico­chet aux domaines poli­tiques et cultu­rels (ciné­ma, littérature…).

Doit-on pré­ci­ser à quel Eddy Eddy fait-il un clin d’œil ?
Il s’agit bien sûr de l’illustre Eddy Godefroid, arrière-pointe de l’équipe belge de water-polo dans les années 1950.

Dans la musette

Disciplines reines, le foot et le cyclisme com­posent à eux seuls envi­ron deux tiers des pages d’Eddy. Le som­maire com­pren­dra, outre ses pièces prin­ci­pales (longs entre­tiens VIP, por­traits inou­bliables, enquêtes d’envergure et récits his­to­riques), des rubriques courtes et apé­ri­tives, par­fois loufoques.

Au som­maire du nume­ro uno, notam­ment :
> un grand entre­tien avec Patrick Lefevere, de la Mapei à la Remcomania
> un repor­tage chez les cyclistes femmes, entre maté­riel pour­ri, médias pas gen­tils et salaires rikiki
> un récit sur l’as­cen­sion des frères Bayat, de Cannes à Charleroi
> une enquête sur la dépres­sion et l’alcoolisme dans le milieu du tennis
> une ren­contre avec Tessa Wullaert, triple Soulier d’Or, capi­taine des Red Flames et der­nier trans­fuge d’Anderlecht
> un por­trait de Delfine Persoon, flic à la SNCB le jour, cham­pionne du monde de boxe le soir
… mais aus­si de petites facé­ties et de puis­sants frissons.

Les idoles

Fidèle à l’âme de Wilfried, Eddy marque tou­te­fois sa dif­fé­rence, en adop­tant un ton un peu plus relax, ins­pi­ré des titres spor­tifs du groupe fran­çais So Press (So Foot et Pédale). Il trouve éga­le­ment exemple dans cer­tains articles du quo­ti­dien L’Équipe et ses maga­zines cou­sins (L’Équipe mag, Vélo mag), pour leurs ver­tus lit­té­raires, leur pro­pen­sion à nous don­ner la chair de poule au len­de­main d’une course homé­rique au Tour de France ou d’une vic­toire des Diables rouges sur les Bleus (certes, la der­nière date de 2015 pour les rai­sons que l’on sait). Nous lisons aus­si avec beau­coup de plai­sir et d’admiration le tri­mes­triel fla­mand Bahamontes, dont nous nous sen­tons très proches, notam­ment pour l’incroyable qua­li­té de leurs pho­to­gra­phies et de leur mise en page. Eddy épi­ce­ra sa soupe avec quelques-uns des meilleurs ingré­dients des uns et des autres, sans jamais perdre de vue la volon­té de deve­nir un objet sin­gu­lier et inven­tif, fina­le­ment incomparable.

La compo

François Brabant, mana­ger géné­ral. Fondateur et rédac­teur en chef de Wilfried, ancien jour­na­liste au Vif/L’Express, à La Libre Belgique et à Imagine Demain le monde. Éternel espoir du cyclisme colom­bien. Escalade le Port de Larrau en 1h10’56.

Quentin Jardon, direc­teur spor­tif. Co-créa­teur de Wilfried, ancien rédac­teur en chef de 24h01, éle­veur de cham­pions à l’Ihecs. Véloce ailier droit mais piètre judo­ka. Gravit le Bosberg en 1’45.

Marie d’Otreppe, direc­trice tech­nique. Coordinatrice géné­rale de la coopé­ra­tive Wilfried, qui édite Eddy. Cycliste en milieu urbain. Parcourt le seg­ment Montgomery-place Sainte-Catherine en bak­fiets en 12’33.

Alexis Maroy, chef méca­no. Grand maître des espaces insé­cables à La Libre Belgique et à Wilfried. Spécialiste du raid en soli­taire et du bivouac à la fraîche. Engloutit Brest-Bruxelles en 41h56’15.

Parmi les meilleures signa­tures de la presse belge, mais aus­si quelques jour­na­listes fran­çais. Les meilleurs pho­to­graphes du pays.

Le bureau de gra­phistes gan­tois Pjotr, déjà à la barre de Wilfried.

Bref, à en croire les book­ma­kers, cette équipe est armée pour rem­por­ter la Ligue des Champions.

Le gabarit

Format 23 x 30 cm (« à la fran­çaise »), dos car­ré collé

Papier 1/2 mat

96 pages

12,50 euros

Coup d’envoi donné le 4 septembre 2020.

Contact (pour les ques­tions liées au contenu) :
Quentin Jardon
hello@quentinjardon.be